Le Retard de Parole chez l'Enfant : Comment l'identifier ?

Le Retard de Parole chez l'Enfant : Comment l'identifier ?

Le retard de parole chez l’enfant : comment l’identifier ?

Patricia Vilfeu, orthophoniste, vous propose une série de trois articles sur les troubles du langage chez l’enfant : les troubles de l’articulation, le retard de parole et le retard de langage. Voici le deuxième volet, consacré au retard de parole chez l’enfant.

Retard de parole chez l'enfant

Dans notre précédent article, nous avons décortiqué ce qu’était un trouble d’articulation et avons vu qu’il s’agissait d’une difficulté motrice à produire correctement un son. Le trouble articulatoire peut être isolé, mais parfois il peut être englobé dans ce que l’on appelle un retard de parole. Qu’est-ce qu’un retard de parole chez l’enfant ? Comment le différencier du trouble articulatoire ? Comment aider son enfant ? Touk Touk Magazine vous donne quelques pistes et conseils pour aider votre enfant à améliorer son langage.

Le trouble de parole correspond à des difficultés d’ordre phonologique

Nous avons vu que le trouble articulatoire touche un son systématiquement, qui est soit déformé, soit substitué, soit absent. Le trouble de parole, quant à lui, affecte l’enchaînement des sons dans l’expression orale.

Il s’agit donc d’une difficulté à bien enchaîner et organiser les sons de la langue et à les substituer entre eux selon l’entourage phonologique. Autrement dit, cela concerne un enfant qui peut très bien prononcer les « S » et les « CH », mais qui serait incapable sans erreur de répéter « les chaussettes de l’archi duchesse sont sèches et archi-sèches ». Ou, pour donner un exemple concret, un enfant qui dirait « pestacle » (pour spectacle) ou « aréoport » (pour aéroport). Le trouble articulatoire et le retard de parole peuvent aussi coexister et se manifester chez un seul enfant en même temps.

Comment savoir si le développement phonétique et phonologique de mon enfant est approprié ?

Lignes directrices portant sur l’intelligibilité de la parole des enfants (tirées de Bowen, 1998)

  • À 18 mois, la parole d’un enfant devrait être intelligible environ 25 % du temps par ses parents ;
  • à 24 mois, la parole d’un enfant devrait être intelligible environ 50 à 75 % du temps par ses parents ;
  • à 36 mois, la parole d’un enfant devrait être intelligible environ 75 à 100 % du temps par ses parents ;
  • entre 4 ans et demi et 5 ans, un enfant est censé posséder tous les sons de la langue, ce qui signifie que son phonétisme est complet. Même s’il peut parfois exister quelques déformations affectant les sons complexes (ex : TR, FL, BR), ces simplifications sont souvent transitoires et s’estompent petit à petit.

Le retard de parole correspond à la persistance, au-delà de cet âge, des altérations phonétiques et phonologiques observées normalement vers 3 ans. Cela peut se manifester par des confusions et des substitutions de phonèmes voisins dont l’articulation est moins difficile, par des omissions de syllabes finales, par des distorsions diverses, c’est-à-dire par la persistance du « parler bébé ». Ce trouble porte sur l’ensemble de l’organisation phonétique du langage.

Troubles associés au retard de parole

Les troubles du langage (articulation, parole, langage) s’associent souvent à des signes d’immaturité affective. Il s’agit notamment des habitudes orales du premier âge : succion du pouce ou de la tétine, prédilection pour une alimentation lactée et semi-liquide. Ces habitudes s’inscrivent souvent dans une relation familiale favorisant ces conduites régressives.

Dans un cas de retard de parole chez l’enfant, quelle est la conduite à tenir ?

Conseils aux parents en cas de retard de langage ou de parole :

  • si votre enfant déforme les mots, reformulez après lui sans le faire répéter, afin de lui fournir le bon modèle, tout en restant dans la communication avec lui ;
  • évitez d’utiliser un langage « bébé », utilisez au contraire un vocabulaire adapté, même s’il vous parait trop compliqué pour l’enfant, vous lui expliquerez s’il le demande ;
  • gardez le plaisir de communiquer avec votre enfant en privilégiant des échanges individualisés et en restant à son écoute ;
  • expliquez ce que vous faites quand votre enfant est avec vous, afin de l’aider à mettre des mots sur les objets, les actions et les personnes qui l’entourent au quotidien ;
  • limitez l’exposition aux écrans, qui augmentent sensiblement les risques de retard de parole et de langage (risques multipliés par 3 selon une étude récente du Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire de l’Agence sanitaire de santé Publique, datant de janvier 2020).

N’hésitez pas à consulter l’avis d’un orthophoniste si les troubles persistent au-delà de 5 ans. Il est généralement nécessaire de l’associer à un travail de guidance parentale tout en favorisant la socialisation de l’enfant. L’évolution est généralement favorable lorsque les facteurs relationnels peuvent être améliorés.

Si vous vous posez des questions au sujet d’un éventuel retard de parole de votre enfant, n’hésitez pas à me laisser un commentaire. Je serai ravie de vous apporter une réponse à vos questionnements.

Patricia Vilfeu, orthophoniste

 

Vous avez aimé cet article ? Poursuivez votre lecture avec les autres articles de Patricia Vilfeu, orthophoniste :

1er article de la série consacrée aux troubles du langage : Les troubles de l’articulation chez l’enfant : ce qu’il faut savoir.

Mais aussi : Bilinguisme ou multilinguisme : comment accompagner son enfant ?

La tétine et les enfants : bienfaits et risques ǀ 7 astuces pour arrêter

Découvrez et feuilletez Touk Touk Magazine ! Commandez en ligne votre abonnement ou votre numéro !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *