Mieux Communiquer avec son Enfant pour l’aider à grandir

Mieux Communiquer avec son Enfant pour l’aider à grandir

Mieux communiquer avec son enfant pour l’aider à grandir

parent tient main enfant communicationQuoi de plus désagréable et culpabilisant pour un parent que de perdre patience et de s’agacer devant le comportement de son enfant ? Face à un mur gribouillé, un enfant excessivement plaintif ou exigeant, même un parent animé de plein de bonnes intentions peut vite s’exaspérer. C’est là que le pouvoir des mots entre en jeu. Mieux communiquer avec son enfant pour l’aider à grandir et avoir davantage confiance en lui passe par la mise en œuvre de quelques astuces très concrètes. Développées dans les années 60 par le psychologue Haim Ginott, plusieurs techniques de communication se révèlent très efficaces. Elles sont fondées sur deux principes essentiels : la description des faits et l’écoute des enfants.

Décrire ses sentiments plutôt qu’évaluer

Aider son enfant à se faire confiance, c’est mobiliser des outils pour communiquer de façon constructive. Bien souvent, sans même y penser nous utilisons des expressions qui évaluent. Qu’elles soient positives ou négatives, ces expressions constituent des obstacles à la progression de l’enfant. C’est pourquoi il est toujours préférable de décrire ses sentiments ou ce que l’on voit en évitant d’utiliser le jugement.

Se limiter à constater les faits au lieu de juger

Par exemple, au lieu de dire à son enfant qui vient de renverser pour la deuxième fois son pot de peinture sur le sol : « Quel maladroit ! Tu renverses toujours tout ! » Essayez plutôt : « Je vois de la peinture renversée, il faut penser à nettoyer ! »

Dans le premier cas, il est à peu près certain que l’enfant va employer toute son énergie à se défendre : « C’est pas moi, c’est le chat ! » Ainsi, le parent qui s’emploie à décrire simplement ce qu’il voit en incitant l’enfant à agir, va lui permettre d’aller de l’avant. Petit à petit, celui-ci cherchera lui même une solution au problème rencontré.

enfant communication

Exprimer ses impressions pour féliciter l’enfant

À l’inverse, le compliment peut aussi être un frein. Pensant bien faire, on félicite chaleureusement son enfant qui nous présente une peinture réalisée à l’école : « C’est magnifique ! tu es un véritable artiste ! » Il y a fort à parier que cette peinture sera la dernière de la journée. En effet, que peut-on faire de plus que « magnifique » ? Par contre, si vous tentez de décrire ses travaux : « Je vois une jolie rivière avec des bateaux, j’ai l’impression d’être en vacances ! » Il y a de fortes chances que l’enfant enthousiaste s’empresse de vous confectionner une nouvelle peinture. Il découvre en effet que son travail peut provoquer du plaisir et cela est très stimulant pour lui.

Prendre en compte les sentiments des enfants pour mieux communiquer avec eux

Combien de fois, étant enfant, ne s’est-on pas entendu dire : « Ce n’est rien ! Tu n’as aucune raison de pleurer comme ça ! », « Ce n’est pas la peine d’avoir peur ! » … Et de répéter presque machinalement ces expressions à nos propres enfants. Ces paroles ne reposent évidemment pas sur de mauvaises intentions de la part des parents, elles nous paraissent anodines et banales. Pourtant, que comprend réellement l’enfant ? On lui indique finalement que ce qu’il ressent à peu d’importance et qu’il n’est pas pris au sérieux : un coup dur pour la confiance en soi !

Dire clairement à l’enfant qu’il est compris

maman console enfant communicationAinsi, au lieu d’essayer d’atténuer un sentiment exprimé par l’enfant : « Ne pleures pas, c’est seulement une griffure ! » Essayez donc : « Une griffure, ça peut faire mal. »

Si un enfant exprime un ressenti, positif ou négatif, c’est que les choses se passent réellement comme cela pour lui dans le moment présent. Pour mieux communiquer avec son enfant, il faut comprendre que ses sentiments, aussi étonnants soient-ils, sont bien réels et qu’il ne faut pas les sous-estimer.

Prendre en compte les sentiments d’un enfant ne signifie pas pour autant les approuver. Il s’agit seulement d’exprimer clairement que l’on a bien compris comment il peut se sentir en bien ou en mal en reformulant sans jugement ce que l’on a entendu.

Cette technique, qui peut paraître simple, va aider l’enfant à prendre conscience de ce qu’il ressent et lui permettre d’évoluer. Ainsi, à Tom, 7 ans, qui ne supporte pas que sa petite sœur joue avec ses affaires, on pourrait formuler : « Tom, je comprends que tu tiennes beaucoup à tes nouveaux jouets, c’est difficile parfois de partager les choses que l’on aime bien car on a peur de ne pas les retrouver. » Il y a fort à parier que cette acceptation de sa crainte le fasse réfléchir et qu’il laisse au final sa sœur s’emparer des jouets.

S’entraîner au quotidien à formuler ses sentiments

Pour aller plus loin et encourager les enfants à exprimer leurs sentiments, vous pouvez aussi fabriquer ensemble une « boite à humeur » avec différentes images qui illustrent des sentiments : colère, joie, tristesse…, cela leur permettra d’afficher la façon dont ils se sentent à différents moments de la journée ou de la semaine par exemple.

Cette approche très pragmatique de la communication parent-enfant permet de débloquer bien des situations. Accorder de l’importance aux sentiments exprimés par un enfant, c’est lui enseigner à se faire confiance. Cela l’encourage à donner le meilleur de lui-même et c’est aussi un bénéfice énorme pour l’épanouissement de toute la famille.

Christine Delachienne

 

Cet article vous a plu ? Poursuivez votre lecture avec les autres articles du blog de Touk Touk Magazine :

L’apprentissage du tour de rôle chez l’enfant : chacun son tour !

Massages parent-enfant : entre complicité et découverte. Interview de Caroline Frank, praticienne de shiatsu et de do-in.

Comment stimuler la créativité des enfants ? 4 astuces

Découvrez et feuilletez Touk Touk Magazine. Commandez votre numéro ou votre abonnement.

2 Responses

  1. […] Tout d’abord, rassurez-vous. Tous les enfants depuis la nuit des temps sortent de leurs gonds ! Ces élans fougueux sont sains et nécessaires. Et oui ! C’est leur manière à eux d’exprimer des sentiments qui les dépassent : la frustration, l’agacement, la vexation ou la contrariété. Ces emportements impétueux leur servent également à décharger un trop-plein de stress. Ce n’est que vers 5/6 ans que la partie du cerveau qui contrôle les émotions est mature. Cela dit, la colère bien formulée est un sentiment normal et naturel qui leur permet une évolution vers l’autonomie et la confiance en soi. Pour vos bambins, apprivoiser ces émois nécessite de la patience, de la pratique et BEAUCOUP de réconfort. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *